Le Vent à la Française

Comment avez-vous eu l’idée de lancer le Vent à la Française ?

La création du Vent à la Française est venue après l’identification de plusieurs tendances :

Les bracelets revenant à la mode

Le succès récent du made in France

La digitalisation de la communication

Après avoir longtemps réfléchi, nous nous sommes donc lancés dans la création de bracelets unisexe 100% made in France.

Qui sont les fondateurs ?

Charles Tissier (24 ans) et Louis Chaumeil (23 ans). Nous sommes deux amis d’enfance et originaires de Clermont-Ferrand, en Auvergne.

Vous avez commencé par une collection  bracelet, qu’est-ce qui vous a donné envie de vous diversifier?

Effectivement, nous avons commencé par une collection de bracelets ornés d’une rose des vents et de notre logo.

Puis, nos premiers produits connaissant un franc succès, nous nous sommes lancés sans hésiter dans la création de bonnets pour l’hiver 2017-2018.

Nous voulions retransmettre notre univers dans de nouveaux produits et nous ne regrettons pas.

C’est pourquoi nous avons vite enchaîné avec le lancement de notre 1ère collection de chaussettes pour Noël 2018.

De plus, toute mode est éphémère, et même si les accessoires de mode comme les bracelets ont du succès aujourd’hui, ils pourront ne plus plaire demain. Donc il était logique pour nous de pouvoir élargir notre gamme de produits avec d’autres accessoires.

Au delà  de votre engagement  pour le made in France, avez – vous entrepris d’autres projets ?

En plus de l’attachement que nous avons pour le made in France, nous portons beaucoup d’importance à notre démarche RSE, véritable pilier de notre entreprise.

Nous travaillons en collaboration depuis maintenant deux ans avec un ESAT (centre de réinsertion pour des personnes atteintes de handicap).

15 personnes que nous avons formé sur 2 mois, travaillent dans un atelier de montage et d’expédition pour nos bracelets.

Pour 2019, nous avons décidé de donner la possibilité à nos clients de faire un don à la fin de leur commande sur notre site internet.

Nous avons donc établi un partenariat de don avec la SNSM (Société Nationale de Sauveteurs en Mer), ainsi qu’avec la Ligue Handisport Auvergne Rhône-Alpes.

Nous sommes vraiment sensible à la réinsertion tant professionnelle que sportive des personnes atteintes de handicap.

Avez-vous un conseil à donner aux personnes qui  souhaitent se lancer?

Si une personne souhaite se lancer dans un projet similaire, il doit simplement croire en ses rêves et ne jamais baisser les bras.

On nous a toujours dit ne pas se laisser abattre par des remarques médisantes, et de s’entourer des bonnes personnes.

Nous savons qu’il est difficile de mener à bien des projets comme ceux-là, mais il faut du travail et de l’abnégation.

« Il n’y a pas de vent contraire pour celui qui sait où il va »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here